“Si on met une graine dans la Terre sans sa peau, rien ne poussera ;
Mais si on la met avec sa peau, elle deviendra un grand arbre.
Le corps aussi est de grande importance et de toute nécessité.
Sans lui, on ne peut rien et on ne parvient pas au but.”

Djalâd-ud-Dîn-Rûmî

De nos jours, les troubles du comportement alimentaire sont souvent mal compris et suscitent beaucoup de débats entre médecins et psychiatres. Les divers traitements proposés depuis plus d’un siècle se révèlent souvent inefficaces et les soignants, pas plus que les parents, ne savent comment y remédier. Néanmoins, ces troubles sont en constantes augmentation ces dernières années et comprendre les personnes souffrantes devient de plus en plus urgent.

A ce jour, il existe 17 troubles du comportement alimentaire reconnus :

– L’anorexie restrictive : la personne se restreint de manger. Il n’y a pas de vomissements associés.

– L’anorexie organique/métabolique : la personne se restreint de manger à cause d’un problème métabolique/physique.

– L’anorexie/boulimie : la personne va manger un petit peu, mais devra trouver des « stratégies de compensations » pour éliminer la nourriture ingurgitées : prise de laxatif, vomissements, diurétiques, sport…

– La boulimie : la personne avale une grosse quantité d’aliments et se purge ensuite : prise de laxatif, vomissements, diurétiques, sport…

– La fitorexie : c’est une personne qui est dans l’esthétisme à tout prix : avoir un beau corps et bien manger sont une priorité pour elle.

– L’orthorexie : la personne veut absolument « bien manger » et avoir un poids correct.

– Les phobies alimentaires : la personne va développer certaines phobies alimentaires (ex : ne va plus vouloir manger de chocolat, ou tout autre aliment, sans raison spécifique)

– Les PICA : la personne mange des matières inertes (ex : plâtre, dentifrice…).

– Le mâcher/cracher : la personne mange, fait des boulettes et recrache la nourriture.

– Le mérycisme : c’est le simple fait de ruminer. La personne mastique la nourriture, l’avale et la fait remonter, afin de la mastiquer de nouveau.

– L’obésité

– Le surpoids

– L’obésité morbide

– Les NED : « night eating disorder »: la personne se lève la nuit pour aller manger. Seulement la personne n’en n’a pas conscience.

– Les compulsions alimentaires : la personne va se jeter sur des aliments sans avoir spécialement préparée « une crise », comme les personnes souffrantes de boulimie.

– La frénésie alimentaire: la personne mange sans cesse sans s’en rendre compte. C’est une compulsion alimentaire poussée à l’extrême.

– L’hyperphagie: c’est tout simplement une personne qui mange trop.

La pluridisciplinarité est la clé dans le suivi de ces maladies. Les dimensions corporelle, psychique (émotionnelle et mentale), énergétique et spirituelle doivent être prise en compte. C’est ce à quoi aspirent les associations au sein desquelles je travaille, s’associer en tant que thérapeute pour le bien-être de la personne qui souffre.

Les outils dont je dispose en Naturopathie vont permettre de rétablir un régime alimentaire adapté à votre constitution, de manger avant tout en pleine conscience. Nous travaillerons également la partie énergétique, et la volonté de votre âme à s’incarner. D’autre part, les massages sont un moyen de vous réconcilier avec votre corps.

Les associations qui peuvent vous aider :

Membre de l’association AAB13 sur Aix en Provence, je vous conseille vivement de vous en rapprocher afin de participer aux activités déjà existantes (vous retrouverez toutes les informations sur leur site Internet, en cliquant sur le logo ci-dessous) :

          Des groupes de paroles dédiés aux familles, parents, amis, personnes souffrantes… une fois par mois à Saint Marc Jaumegarde, dans la salle des fêtes

          Des soirées de méditation

          Des journées de formation

Afin de les soutenir dans cette démarche de soutient et d’aide, je vous invite à adhérer à l’association ou de leur faire un don.